Bilan de la Temporada 2017

Bilan de la Temporada 2017

FandinohombrosLa Temporada 2016 avait été marquée par les tragiques disparitions de plusieurs toreros. Victor Barrio, Renatto Mora et El Pana avaient succombé aux blessures de leurs adversaires rappelant aux aficionados que la corrida n’est pas un spectacle mais bel et bien un combat entre un homme et un animal. Le 17 juin 2017, dans les arènes d’Aire sur l’Adour, Ivan Fandiño Barros est attrapé par le troisième toro de la tarde du fer de Baltasar Iban. Propulsé au sol par le toro « Provechito », il ne se relèvera pas du coup de corne que lui infligea ce toro de Baltasar Iban. Cette Temporada 2017 aura donc été marquée par la perte d’un grand torero surtout en France, une terre où Ivan Fandiño a lancé sa carrière face aux toros les plus réputés de la planète taurine. Une terre où son courage et sa qualité de torero étaient unanimement reconnus.

Dax plazaLa temporada 2017 a peut être marqué un tournant. On peut constater qu’au niveau des affluences, la majorité des petites plazas ne s’en sortent pas trop mal avec un remplissage correct (Gamarde, Mugron, Tarascon, Villeneuve, Boujan…) même s'il est vrai que certaines plazas souffrent encore à l’image de Vergèze, Aire sur l’Adour… malgré une réelle et honorable envie des organisateurs de ramener les aficionados dans ces plazas. Ce tournant a davantage eu lieu dans les grandes plazas qui ne font plus le plein ! Les figuras ne ramènent plus autant de monde qu’auparavant et plusieurs aficionados se tournent davantage vers des corridas moins attractives sur la carte (pour certains) mais où le toro est davantage mis en avant. Mont de Marsan a fait le plein pour la corrida de La Quinta, les arènes de Dax étaient pleines pour la corrida de Pedraza de Yeltes même si dans le sud-est Juan Bautista fait pencher la balance de l’autre côté avec un solo à Nîmes qui a ramené du monde et une corrida goyesque à Arles plus affluente que la corrida « desafio ganadero » du lendemain.

Toro de cura de valverdeDe ce que l’on a pu voir en cette Temporada 2018, nous voulons noter le bon comportement des corridas de Curé de Valverde d’Orthez, de celle de Margé à Bayonne et des corridas de Pedraza de Yeltes à Dax et Arles.

Messieurs, mesdames les aficionados, messieurs, mesdames les empresas, quel avenir pour la fiesta brava ? Une fiesta linéaire ou faîtes de diversité ? C’est une question à laquelle nous sommes dans l’urgence de répondre avec une baisse des spectacles taurins à l’image de Lunel ou Rieumes qui ont supprimé leur date sur le calendrier. A méditer…

Juan Bautista a survolé cette Temporada 2017 sur le sol français. Avec des triomphes dans la majorité des arènes de première catégorie, Mont de Marsan, Nîmes, Arles, Béziers, l’arlésien s’est imposé devant tous types de bétail et a prouvé qu’être torero, c’est être capable de triompher face à n’importe quelles encastes. Emilio de Justo a lui aussi été important en cette temporada 2017. Chez nous, le torero de Caceres a exclusivement toréé dans le Sud-Ouest avec des triomphes retentissants à l’image des Palha de Vic-Fezensac ou des Victorino de Dax. Ces triomphes lui ont permis de retrouver sa terre natale de Caceres mi-mai et de conclure la temporada par un triomphe de nouveau face aux toros de Victorino Martin, début octobre dans les arènes d’Illescas. Nul doute qu’il sera l’un des protagonistes de la prochaine Temporada.

Alberto aguilar 2D’autres toreros se sont également distingués en cette temporada 2017. Les Octavio Chacon, Juan Leal, Manolo Vanegas, Alberto Lamelas ou Albeto Aguilar, et j’en passe, ont marqué de leur empreinte cette saison taurine affrontant des toros redoutables tels que les Curé de Valverde, Miura, Adolfo et Victorino Martin ou encore Dolores Aguirre. Ces toreros modestes ont prouvé qu’ils avaient leur place dans le circuit taurin. Les empresas pourront compter sur eux et pourquoi pas leur offrir une chance de triompher en 2018.

Du côté des toreros, nul ne doute que Sébastien Castella reste le numéro 1, avec Juan Bautista, des matadors français. J’aimerais donner une mention spéciale à Marc Serrano qui a passé un bel hiver 2017, couronné de succès en Amérique du Sud. Les toreros arlésiens Thomas Joubert (5 corridas/10 oreilles) et Roman Perez (4 corridas/9 oreilles) présentent eux aussi un bilan comptable intéressant et aspirent à toréer plus l’an prochain. Mathieu Guillon a également franchi un cap après avoir tué une sérieuse et encasté corrida de Victorino Martin en fin de temporada avec seulement 4 corridas toréés en 5 années d’alternative. Enfin il ne faut pas oublier Clemente blessé en début de Temporada, Thomas Dufau, Mehdi Savalli, Cayetano Ortiz, Jeremy Banti, Andy Younes qui vient de prendre son alternative et Thomas Cerqueira, méchamment blessé à Mauguio, qui représentent eux aussi la France taurine.

Maxime SoleraCôté novillero l’escalafon, dominé par Jesus Enrique Colombo, reste très hétérogène avec seulement 8 novilleros à plus de 20 novilladas (contre 28 matadors au-dessus de 20 corridas). Un bien pauvre chiffre quand on s’est que le nombre de novilladas baissent chaque année dans un contexte économique qui se complique de plus en plus… Comment ferons les novilleros pour devenir des matadors de toros aguerris ?
Le novillero aturin Yanis Djeniba « El Adoureño » s’en sort bien. Il pointe à la 3e place de l’escalafon. Premier français, il a réalisé la totalité de sa temporada sur le sol espagnol avec un succès fracassant : 24 novilladas pour 43 oreilles et 4 queues. En espérant que les empresas françaises lui ouvrent ses portes en 2018. Andy Younes est l’un des meilleurs représentants français avec lui aussi une temporada fleurie avant de prendre l’alternative lors de la Féria des Vendanges de Nîmes. Tibo Garcia, Adrien Salenc et Maxime Solera réalisent eux aussi une bonne temporada avec respectivement 16, 13 et 11 contrats. Temporada plus difficile pour Baptiste Cissé et Carlos Olsina pour leur première année en novillada piquée.

Dorian CantonUn petit mot sur les novilladas non piquées. La temporada a dans l’ensemble été dominé par le béarnais Dorian Canton auteur d’une quinzaine de novilladas en France avec plusieurs succès important à Mont de Marsan et Dax. Yon Lamothe et El Rafi peuvent également être fier de leur temporada avec plusieurs succès cette année.

Enfin je terminerais avec une petite note sur les empresas favorisant l’accès aux arènes pour les jeunes. La jeunesse taurine est l’avenir de la corrida et il est, je crois, important de permettre à la nouvelle génération de pousser la porte des plazas françaises et d’aider au développement de nos cultures taurines. La dernière en date est la plaza de Dax qui a proposé en 2018 un abonnement FERIA à 30€ pour les -26 ans. Les 100 places allouées ont déjà été vendues signe que la jeunesse s’intéresse à la tauromachie.

Photos : Jean Pierre Souchon, Christian Sirvins, Muriel Haaz, Mélanie Huertas, Jean Dos Santos, Las Ventas

Jean Dos Santos

Date de dernière mise à jour : Ven 29 Déc 2017