Mundillo Taurino

Azpeitia : Triomphe de Daniel Luque, vuelta pour Adrien Salenc

Azpeitia, Mercredi 31 juillet

6 toros de Ana Romero et Gavira (5° bis) pour

Daniel Luque : salut au tiers et 2 oreilles

David de Miranda : salut au tiers et sifflets

Adrien Salenc : salut et vuelta

Première corrida de la Féria de Azpeitia 2019 avec le retour des Ana Romero, lot triomphateur de l’édition précédente.

Cette année, les toros d’origine Santa Coloma sont sortis inégaux, manquant parfois de transmission et de fond. Bon exemplaire le 4ème de Luque qui est allé à mas.

Daniel Luque sort en triomphe après une excellente faena face à son second de qualité.

Adrien Salenc effectue une vuelta qui aurait peut être méritée une oreille face à son dernier. Le français, auteur d’une prestation intéressante et volontaire, retrouvera le chemin des Ana Romero lors de la Féria de Dax.

Passage attendu mais décevant de David de Miranda après plusieurs triomphes. L’espagnol ne laissera pas un grand souvenir en terres basques.

Toro a Toro

1° – Réception accrochée de Daniel Luque face au premier Ana Romero. Le toro pousse sur l’unique pique reçue. Le toro a du mal à se lancer dans ce dernier tiers. Luque parvient à laisser quelques bons détails sur les premières séries. Ensuite le toro s’accorde bien notamment à gauche avec quelques bonnes naturelles notables. Il tue d’un 3/4 de lame qui fait effet.

2° – Le second pour David de Miranda qui applique sa réception capotera. 1 pique avec un toro qui s’emploie légèrement sous le fer. Le toro manque de classe et de transmission. David de Miranda torée sur le passage le Ana Romero. Il donne une bonne série droitière en mi-faena qui déclanche la musique. Son estocade très légèrement tombée est efficace.

3° – Très bonne entame capotera d’Adrien Salenc à la sortie du troisième. Le toro s’implique sur l’unique rencontre équestre. Le toro est tardo, le manque de caste lui fait défaut. Adrien est volontaire,avec une muleta sûre et impactante. C’est de cette manière qu’il parvient à sortir plusieurs bonnes séries avec la collaboration de l’orchestre. Le toro baisse de plus en plus, donnant une fin plus brouillone. Après un pinchazo, le français porte une entière engagée qui fait effet.

4° – Daniel Luque est l’auteur d’une réception soignée avec plusieurs véroniques templées. Le toro prend une bonne pique en poussant au contact du cheval. Le toro est noble et intéressant dans ce dernier tiers. Daniel Luque lui laisse la distance nécessaire pour mettre en avant ses qualités. L’espagnol trace une faena pleine de douceur et d’esthétique sous l’ovation du public. Luque refuse l’accompagnement de l’orchestre et réalise toute sa faena “à la voix”. Le toro tient le coup, permettant à Luque de laisser de très bons passages par naturelles des deux mains. Il conclut d’une entière en place qui libère les deux oreilles.

Le 5° est un sobrero de Gavira, un toro difficile à fixer qui prend une légère pique, s’en allant seul du cheval. La faena n’est qu’illusion avec un toro sur la réserve, restant court dans la muleta. David de Miranda précipité et non appliqué, met rapidement un terme à ce dernier tiers sous les sifflets.

Le dernier se retourne vite dans la cape sûre de Salenc. Le toro renverse le cheval sur la rencontre équestre. Le français réalise une faena volontaire avec des passages qui vont à mas. Le français fait également l’effort à gauche avec de l’écho sur les tendidos. Il tue d’une entière portée avec engagement. La petition est minime, une oreille aurait été méritée. Vuelta

%d blogueurs aiment cette page :