Mundillo Taurino

Mont de Marsan : corrida décevante, acte III avec les Nuñez del Cuvillo

Mont de Marsan, Samedi 20 juillet 2019

6 toros de Nuñez del Cuvillo pour

Paco Ureña : silence et silence

Emilio de Justo : silence et salut au tiers

Ginés Marin : une oreille et silence

Corrida de Nuñez del Cuvillo de présentation indigne d’une arène de première catégorie. Tous décastés sauf le 5ème, supérieur au reste du lot. Emilio de Justo laisse la meilleure faena de la tarde et pour l’instant de la Féria. Il perd toute chance de triomphe à l’épée, un problème récurrent depuis quelques sorties.

Toro a toro

Le premier Nuñez del Cuvillo est de présentation correcte. 4 rencontres avec la cavalerie avec un toro qui revient 3 fois à la sortie du cheval. Le toro manque de caste et de transmission. Ureña trace une faena sans grand écho avant de tuer d’une entière tombée.

Le second se casse la corne en tapant contre un burladero. Le cinquième sort pour Emilio de Justo. La première pique est très intéressante. Le toro pousse et lève le cheval. Le picador parvient à se maintenir et livrer bataille. Deuxième pique règlementaire. Dans le dernier tiers, le toro met en avant tout son manque de caste. Il est arrêté et inexploitable. De Justo laisse quelques passages sincères mais ne peut rien faire.

Mal présenté le troisième bien accueillo par Ginés Marin. Il se tord une patte lors du tercio de pique mais il n’est pas changé. Ginés Marin trace une faena d’infirmier en donnant de la distance au toro et laissant sa muleta haute. Il agrémente sa faena de quelques passes dans le dos qui portent sur les moins initiés. Il tue d’une entière en place. Le toro tombe plus par manque de force que l’efficacité de l’acier. Une oreille honteuse est accordée avec une pétition très minoritaire.

Le quatrième est mal présenté et avec bizarrement peu de tête. 2 piques réglementaires avec un toro qui montre des signes de faiblesse. Le toro est également décasté. Il n’offre aucunes possibilités à Ureña, volontaire mais fuera de sitio.

Emilio de Justo face au sobrero de présentation indigne d’une arène de première catégorie. Le toro a des qualités! Ses charges intéressantes sont bien exploitées par Emilio de Justo qui torée avec sincérité et toreria. L’espagnol réveille (enfin) le plumaçon avec son bon travail effectué sur les deux pitons. Malheureusement il se fait rattraper par ses problèmes à l’épée et perd au moins un trophée.

Gines Marin face au dernier de la tarde. Le toro a peu de force. Il prend 2 piques règlementaires. Ginés Marin fait une entame à genoux au centre du ruedo. Inadapté à son opposant qui chute, à l’image du reste de la faena. Les quelques passages de fantaisie ne prennent pas. En revanche, bonne estocade qui lui permet de saluer.

%d blogueurs aiment cette page :