Mundillo Taurino

Orthez : Décevante novillada de Pablo Mayoral

Orthez, Dimanche 28 juillet

4 novillos de Pablo Mayoral pour

Cristobal Reyes : silence après avis et silence après avis

Manuel Diosleguarde : légers applaudissements après avis et silence

Il est important de rappeler l’importance de programmer des novilladas, encore plus quand elles sont d’une présentation irréprochable. Tel est le lot de Pablo Mayoral présenté par les organisateurs d’Orthez, tous très bien présenté, le quatrième au trapio de toros. Décevant dans le comportement, avec un fond de noblesse mais tous manquant de fond et de classe, discret à la pique (8 rencontres).

Le premier Pablo Mayoral est fort bien présenté. Cristobal Reyes réalise une très bonne lidia avec un novillo qui tend vers les planches. 2 piques modérées avec un animal qui manque de force. Bon tercio de banderilles de l’espagnol qui travaille avec assurance et maîtrise. Le novillo manque de mobilité et de transmission dans le dernier tiers. Cristobal Reyes est obligé de sortir les muletazos un à un. Il réalise un travail sincère et appliqué, en réussissant à extraire le maximum du Pablo Mayoral. Malheureusement il est en difficulté à l’épée. Après 3 pinchazos, il parvient à porter un 3/4 de lame vertical qui nécessite le descabello. 1 avis et silence

Bon entame capotera de Manuel Diosleguarde. Le novillo est mal piqué à deux reprises. Le Pablo Mayoral manque de force sur les pattes avant. Diosleguarde fait l’effort sur les deux pitons mais le toro manque de transmission. Plusieurs séries de naturelles notables mais tout cela reste timide. Lui aussi en délicatesse à l’épée, il porte une entière efficace.

Le troisième est bien reçu genou fléchi par Cristobal Reyes. Le novillo est mal piqué à deux reprises sans pousser. Tercio de banderilles catastrophique de la cuadrilla du novillero espagnol. Le novillo, comme le reste du lot, manque de fond. Ses charges sont courtes et sans transmission. Cristobal réalise une faena engagée laissant plusieurs séries notables sur les deux pitons. Le torero est volontaire mais il est vrai que ses séries manquent de liant faute à un toro sans grande transmission. En échec une nouvelle fois à l’épée, la troisième tentative est la bonne.

Manuel Diosleguarde face au dernier Pablo Mayoral à la présentation de toros. Ce dernier prend deux piques correctes par Alberto Sandoval. Dans le dernier tiers, le toro hérite d’un comportement similaire au reste du lot. Noble mais avec peu de force et de transmission, le toro offre quelques charges intéressantes à droite. Diosleguarde tire deux séries notables. Il conclut difficilement.

Jean Dos Santos

%d blogueurs aiment cette page :