Mundillo Taurino

Communiqué des Peñas Taurines Montoises

Suite à la proposition de loi, portée par le groupe politique LREM, d’interdire aux mineurs l’accès aux corridas, les peñas taurines de la ville de Mont de Marsan tiennent à rappeler aux élus de France l’histoire de leur ville.

C’est grâce à la jeunesse montoise que dès le 17ème siècle, la préfecture des Landes organise ses premières courses de taureaux. Attachés à ces jeux taurins, les montois participent pécuniairement en 1862 à la construction des premières arènes de la ville. En 1889, en pleine contestation nationale de la tauromachie (déjà !) les élus montois prennent leurs responsabilités et font ériger les arènes du Plumaçon.

130 ans plus tard, « le Pumaçon » continue de réunir autour de ses traditions taurines des milliers de personnes. Hommes, femmes et enfants de tout horizon se retrouvent aux arènes et dans les rues pour un moment de convivialité et de partage où l’espace d’un moment toutes barrières politiques et sociales s’effacent. La Tauromachie élevée au rang d’art de vivre mais également artistique et architectural. En témoignent les statues qui ornent nos places et le label patrimoine du 20ème siècle attribué à nos arènes.

Après plus d’un siècle, de génération en génération, se sont transmises des valeurs morales, humaines et parfois même des vocations. La fierté d’une passion qui traverse bien au-delà les frontières et qui participe au rayonnement ainsi qu’à la reconnaissance de tout un territoire. Vouloir casser ce lien générationnel c’est priver la jeunesse future de ses racines, de son Histoire et de sa culture, elle qui a tant besoin de repères. C’est également les priver de vivre leur vie à leur façon, avec cette éducation gasconne qui a toujours prôné le respect, la tolérance, le partage et l’ouverture sur les autres.

C’est au nom de la jeunesse, héritière de notre Histoire et de notre culture, que les peñas taurines montoises vous invitent à adopter les valeurs qui sont les nôtres afin que perdurent encore pour des siècles nos traditions et notre identité au sein de nos générations futures.

%d blogueurs aiment cette page :