Mundillo Taurino

Rion-des-Landes : Jesus Moreno domine largement la tarde !

 
Juan Medina

Rion-des-Landes, Dimanche 25 août

5 erales de Valdefresno et 1 de Alma Serena (1bis) pour  

Jésus Moreno (de Albacete) violet et or : 2 oreilles et 2 oreilles  

Christian Parejo (de Chiclana) bleu marine et or : une oreille et vuelta  

Solalito (de Nîmes) bleu ciel et or : une oreille et silence après un avis  

Novillos de Valdefresno très bien présentés et exigeants. Meilleurs les troisième et dernier. Un sobrero d’Alma Serena sorti en première position.  

Le premier de Jesus Moreno boîte du postérieur droit, il est magistralement puntillé en piste et remplacé par un Alma Serena bien présenté mais exigeant. Le torero d’albacete se faisant engancher la cape et souffrant d’une grosse voltereta sur le côté gauche. Il arrive néanmoins à trouver la distance et gratifie le public landais de beaux derechazos. Une grosse entière fait tomber les deux oreilles du palco. Son deuxième eral demande beaucoup de douceur et de placement. Le torero le comprend petit à petit et distille les meilleures passes de l’après midi. Une entière d’effet foudroyant lui octroie encore une fois les deux oreilles amplement méritées.    

Christian Parejo touche un eral dans l’esprit du lot, bien présenté et très armé. Il pose des complications pour le jeune homme. Cependant celui ci sans sort bien bien qu’étant un peu secoué. Il peut montrer au public de Rion son toreo classique et engagé. Une entière très à côté mais d’effet rapide lui offre l’oreille de son premier. Bis repetita au second qui reste court. Parejo se le prend souvent dans les chevilles. Il fait cependant l’effort nécessaire pour le toréer de manière fort esthétique. Malheureusement deux pinchazos le prive d’oreille. Vuelta très fêtée.    

Solalito démontre son officio à la frontière de son passage en piquée qui aura lieu à la prochaine feria des vendanges de Nîmes. Il fait les choses de manière très professionnelle et posé face à un becerro exigeant qui serre énormément du côté gauche. Solal a du fil à retordre mais il ne se laisse pas démonter. Une oreille après une épée très en avant. Son deuxième est le meilleur et le mieux présenté de la tarde. Il l’accueille en musique par une belle série de véroniques rematées par une revolera d’anthologie. Pose de banderilles très rafraîchissante et qui laisse un parfum agréable. Solal s’applique dans le trasteo et domine son eral qui n’est tout de même pas un bonbon. Une épée calamiteuse le prive de toute récompense. Applaudissements après un avis.    

%d blogueurs aiment cette page :