Mundillo Taurino

Béziers : Une fin de féria en apothéose avec les Pedraza de Yeltes !

Béziers, Dimanche 18 août

6 toros de Pedraza de Yeltes pour

Octavio Chacon : Vuelta après avis / Vuelta / Oreille après avis

Juan Leal : Ovation avec Salut / Oreille après avis / Deux oreilles

Photos : Mélanie Huertas

Moins de 1/2 d’arènes.

Prix du meilleur picador pour Tito Sandoval pour ses piques face au premier toro de la tarde.

Dernière tarde emballante à Béziers devant une petite moitié de plaza. Les Pedraza ont enchanté le public, tout comme Octavio Chacon et Juan Leal. Reste à savoir si les toros reviendront au plateau de Valras l’été prochain, alors que les Miura ont été annoncés.

De la frustration. C’est le sentiment qui régnait à l’issue du premier toro d’Octavio Chacon. Présentation majestueuse du Pedraza qui reçoit deux piques sensationnelles, appelées depuis le centre du ruedo par le picador. Le maestro commence sa faena de loin, bénéficiant d’un toro à l’écoute et avec une charge qui permet au natif de la région de Cadix d’enchaîner avec aisance. Plus de longueur toutefois sur la corne droite. Il conclut par des manoletinas. L’estocade aurait pu lui offrir a minima deux oreilles, une partie du public demandant l’indulto. Mais une demi épée et deux descabello ne lui accordent qu’une vuelta, de même au Pedraza.

A son premier, Juan Leal hérite du plus lourd… et du plus haut. Un toro compliqué et dangereux aux charges lentes. Deux piques sont données depuis le centre. A la deuxième, le Pedraza soulève la cavalerie contre les planches et le piquero abandonne sa monture. Bronca. Le maestro se met plusieurs fois en danger, son adversaire se retournant très vite. Quelques passes tirées sur la corne gauche. Demi lame mortelle au courage. Salut.

Deuxième entrée en piste plus compliquée pour Chacon. En reversant la cavalerie, le Pedraza se blesse à la corne gauche. Des charges lentes et coups de têtes ne permettent pas au maestro de s’exprimer pleinement malgré une faena méritoire donnée sur les deux rives. L’estocade entière lui offre une vuelta après petition mineure pour l’oreille.

Juan Leal a hérité d’un quatrième Pedraza dont il n’a peut-être pas exploité toutes les qualités. Son adversaire ne prend qu’une pique, la deuxième ayant été manquée par le picador. Après un quite de chicuelinas par Chacon, le Français attaque à genou au centre. Il se fait désarmer mais y retourne et séduit la plaza. Il trace une faena emballante, tant à droite qu’à gauche, et conquiert le public. Quelques manoletinas avant une entière mortelle qui fait tomber une oreille du palco. Forte pétition pour la deuxième, refusée, qui aurait été de trop. Leal s’offre également un deuxième tour de piste.

Chacón s’est vu récompenser d’un trophée lors de son dernier combat, dont le brindis fut offert à Robert Margé. Le maestro multiplie les séries emballantes sur les deux cornes, à nouveau bien servi. Après un pinchazo, l’oreille tombe, pour l’ensemble de son œuvre lors de l’après-midi.

Enfin, la soirée s’est terminée comme elle avait débuté. Avec un toro séduisant, que Juan Leal s’est appliqué à toréer dans le petit périmètre. Des passes lentes qui ont fait vibrer la plaza pour exploiter tout le potentiel de son adversaire. L’estocade foudroyante fait tomber les deux oreilles et fait sortir le maestro par la grande porte.

Maxime GIL

%d blogueurs aiment cette page :