Mundillo Taurino

Bayonne : Daniel Luque triomphe face à un décevant lot de El Montecillo

La goyesque bleue a généreusement rempli les gradins des arènes de Lachepaillet pour ouvrir la Féria de l’Atlantique 2021. Attendue par une grande partie des aficionados bayonnais, cette corrida a laissé un sentiment mitigé après une présentation décevante des toros de El Montecillo. Daniel Luque, qui revenait après une après-midi sans options en juillet, n’a cette fois-ci pas manqué son rendez-vous. Il s’offre une nouvelle sortie a hombros des arènes de Bayonne après avoir coupé les 2 oreilles de son deuxième toro.

Le lot de El Montecillo était l’un des inconnus de cette soirée bayonnaise. Pure origine Domecq via El Ventorillo, Montealto ou Conde de Maylade, la ganaderia représentée par David Medina a envoyé un lot de présentation correcte, les trois derniers supérieurs au reste du lot. Les toros de Medina n’ont malheureusement pas donné satisfaction à leur entrée en piste. Malgré quelques détails chez certains exemplaires, le fond et le moteur ont manqué pour donner plus d’émotion et transmission à l’après-midi. Le second et le cinquième, brave au cheval. Dans le dernier tiers, seuls les 3° et 5° se sont véritablement livrés grâce à un vrai travail des toreros en piste.

Daniel Luque faisait son retour à Bayonne. Après son encerrona triomphante l’an dernier, Luque a réussi son retour en goyesque pour ouvrir la Féria de l’Atlantique 2021. Son premier toro n’a pas donné de grandes options à l’espagnol. Avec un toreo serré près des cornes, Luque a laissé quelques détails pour la mise en bouche. Face à son second qui a offert les meilleures options de l’après-midi, iI donna une faena complète où il réussit à faire rompre l’animal en fin de faena par des séries courtes et intenses. Son estocade concluante lui permit de couper les 2 oreilles de l’animal.

Emilio de Justo faisait sa présentation à Bayonne. Face à son premier adversaire, De Justo fit l’effort de s’employer face à un animal qui protesta dans la muleta. Il obligea l’animal tout au long de la faena pour finir par dessiner des séries relâchées sur les deux pitons. Il tua d’une entière basse lui permettant de couper une oreille. Son second sans options, ne lui donna pas l’opportunité de rejoindre Luque en triomphe.

Antonio Ferrera, dans un très mauvais jour, n’a rien laissé à se mettre sous la dent.

Une tarde décevante qui ne restera pas dans les annales.

Toro a Toro

Le premier Montecillo de 615kg reste court dans le capote d’Antonio Ferrera. L’espagnol assure l’ensemble de la lidia pour deux rencontres équestres, la première appuyée, et un mete y saca. Antonio Ferrera réalise une faena qui manque de relief. Le toro reste court et proteste dans la muleta. À gauche, il est impossible, et reste de plus en plus court à droite. Ferrera tue d’une demi-lame plus l’aide du descabello.

Le second El Montecillo remate contre les tablas avant de recevoir plusieurs véroniques ajustées de Daniel Luque. Le toro s’emploie sur les deux rencontres équestres. Dans le dernier tiers, le toro est très court de charge. Luque reste entre les cornes en laissant peu d’espace à l’animal. Il réussi à tirer quelques bons passages mais les conditions de l’animal ne lui facilitent pas la tâche. Il tue d’une entière trasera au second essai nécessitant le descabello.

Emilio de Justo s’applique à la réception du troisième par le bas. Le toro prend 2 piques après une lidia soignée. De Justo trace une faena qui va a mas où l’animal se livre peu à peu. L’espagnol réalise un bon travail de fond et réussi à tirer le meilleur du toro. Sur chaque piton, De Justo dessine de bons muletazos dont une série de naturelles 3/4 face importante. Il tue d’une entière basse qui fait effet. 1 oreille

Le quatrième est très bien présenté. Antonio Ferrera fournit une prestation minimale face à cet adversaire, dans tous les secteurs de la lidia. Le toro prend 2 piques avant une faena décevante. Ferrera ne s’emploie pas face à un adversaire à la charge irrégulière. Il tue d’une demi-lame efficace sous la bronca des tendidos.

Le cinquième est également très bien présenté. Il prend deux piques en s’employant au cheval après un travail soigné de Daniel Luque. 2 bonnes paires de banderilles de José Chacon. Daniel Luque se règle dans le début de faena. Il trouve la bonne distance et réussi à se relâcher. Il sert des séries courtes mais intenses en mettant à profit les qualités de bravoure de l’animal. Son épée concluante bien que tombée lui permet d’obtenir 2 oreilles.

Emilio de Justo hérite d’un dernier toro sans options aucunes. Malgré une entame encourageante à la cape, le toro s’arrête après le tercio de pique où il ne brille pas. Dans le muleta de De Justo, le Montecillo s’arrête à mi-passe et est intoréable. Il abrège d’un bajonazo concluant.

Jean Dos Santos

%d blogueurs aiment cette page :