Mundillo Taurino

Bayonne : Manuel Diosleguarde triomphe d’une intéressante novillada de Los Maños

Bayonne, Dimanche 1er septembre

6 novillos de Los Manos pour

El Rafi (gris souris et or) salut aux tiers après un avis/oreille

Tomas Rufo (bleu de Nazareth et or) oreille/vuelta

Manuel Diosleguarde (rouge et or) oreille/oreille

Six novillos de Los Maños de bon jeu mais inégaux de présentation.

El Rafi donne au premier novillo une très bonne lidia en le courant vers l’arrière et en l’amenant au centre. Il l’amène à la pique par chicuelinas accrochées. Le novillo est très bien banderillé par le Monteno qui salue. Après le brindis au public, El Rafi débute sa faena par de très bons derechazos presque au centre. Il reprend son novillo à gauche pour des passes un peu plus accrochées. Les derniers derechezas sont très serrés au niveau du placement et relâchés dans l’attitude du torero. 4 pinchazos et un avis font saluer le Nimois au tiers.
A son second, petit novillo cardeno claro aux cornes très abîmées, El Rafi est bien déterminé à triompher. L’exemplaire de Los Manos charge le picador queue en l’air. Celui ci donne une carioca pour se libérer du novillo. Deuxième picotazo et très bon quite de Tomas Rufo par véroniques. Morenito de Arles salue lui aussi aux banderilles. Le novillo est assez faible et tombe beaucoup en début de faena. Signe qu’il humilié quand même. La faena décolle sur la gauche. El Rafi très technique fait les choses calmement et bien. Quelques redondos inversés mouvementés en fin de faena. Grosse estocade qui fait enfin tomber l’oreille du palco.

Tomas Rufo accueille très bien à la cape un novillo cardeno claro très bien présenté. Il le fait partir en se plaçant au centre vers le cheval mais le novillo y va directement. A la deuxième rencontre, le novillo pousse le cheval dans la barrière. De beaux doblones suivent le brindis au public. Le toledan torée de manière relâchée dans les canons de l’art et avec un très bon sens du placement. L’entière libere justement l’oreille. La vuelta au novillo est refusée de manière fort appropriée.
A son second, Rufo poursuit dans le même registre. La faena est brindée à Roman, le matador de toros franco-valencian. Tomas Rufo est renversé lors d’un pecho. Le novillo s’acharne sur lui. Le torero passe de longues minutes qui paraissent une éternité à l’infirmerie. Il revient heureusement pour signer des passes décidées en ce croisant. Une luxation à l’épaule l’empêche de bien occire son novillo. Vuelta al ruedo très fêtée.

Manuel Diosleguarde fait preuve d’un toreo délicieux et très templé, il le démontre en recevant un novillo très mobile à la cape. Picotazo, il brinde au public. Ses très bonnes manières, propres et classiques font sonner la musique. Seul petit bémol, il est accroché en fin de faena. Entière. Oreille.
Au deuxième il surenchérit par une magnifique réception à la cape. Quite par zapopinas du Rafi au centre du ruedo. Le salamantin fait preuve d’une maturité rare pour un novillero. Il fini sa faena par Luquesinas aux planches. Celà semble presque facile. Très bonne épée encore une fois d’effet immédiat. Une oreille. Manuel Diosleguarde remporté donc le trophée du triomphateur de la matinée.

Juan Medina

%d blogueurs aiment cette page :