Mundillo Taurino

Bayonne : Un lot inégal de Pedraza de Yeltes, qui surclasse la terna du jour

Retour des Pedraza de Yeltes dans les arènes de Bayonne après la grande encerrona de Daniel Luque en 2019. Après une année blanche, les deux acteurs de la dernière corrida goyesque étaient réunis des deux révélations de la Temporada 2019 bayonnaise : Adrien Salenc et Sergio Flores.

Dans une arène joliment garnie, la corrida des fêtes de Bayonne s’est déroulée sous un temps couvert mais à la température agréable pour ouvrir la Temporada 2021. Au programme un lot de Pedraza de Yeltes de présentation inégale, supérieur le troisième et quatrième, lourd en général et aux armures déséquilibrées. Dans le ruedo, les toros ont montré de la bravoure, notamment les 3°, 4° et 5°. Dans le dernier tiers, ce sont les 2°, 3° et 5° qui se sont montrés supérieurs, donnant de l’émotion de part leur charge brave et encastée. Malheureusement, leurs opposants sont restés en dessous de leurs qualités, notamment le 5° qui aurait mérité une tout autre issue. Il aurait pu être primé d’une vuelta al ruedo, comme a pu l’être le 3°.

Daniel Luque n’a pas eu de chance au sorteo en cette après-midi bayonnaise. Son premier opposant, au gabarit d’éléphant ne lui rendit la tâche facile tout au long de la lidia. Il se dévoila uniquement sur le piton droit grâce à une faena inventée par Luque. Face à son second, le torero de Gerena ne put rien faire face au manque de moteur du toro. Malgré un bon tercio de piques, le Pedraza n’a pas répondu dans le dernier tiers.

Sergio Flores était attendu après sa prestation de 2019 et sa bonne impression laissée à Tyrosse. Il laissa de bons passages face à son premier malgré un sitio pas toujours dans les codes. Le mexicain profita de la noblesse de l’animal pour décrocher une oreille. Il passa en revanche à côté de son second, un toro brave et encasté qui domina les débats tout au long de l’acte.

Adrien Salenc profita des grandes qualités de son premier pour décrocher un triomphe en demi-teinte lors de cette corrida de Pedraza de Yeltes. Son premier s’employa avec émotion au cheval à deux reprises avant de charger avec profonde noblesse dans la muleta du français. Ce dernier donna une faena trop périphérique où le toro eut tout l’espace nécessaire pour mettre à profit sa bonne charge. Il resta supérieur au français qui porta une grande estocade pour venir arracher les 2 oreilles de son toro. Face à son second, Adrien Salenc n’eut pas grande opportunité de s’exprimer malgré de bonne disposition au capote. Le toro a manqué de moteur et n’a offert que peu d’options au français.

Toro a Toro

Le premier toro est le sobrero du même fer annoncé à… 642kg ! Un toro aux armures justes mais au gabarit et à la hauteur imposants. Le picador se loupe sur la première rencontre. Daniel Luque place le toro pour deux rencontres supplémentaires avec un toro qui part de loin mais qui pousse modérément au contact de la monture. Le toro manque de moteur dans le dernier tiers. Il reste court dans la muleta de Luque qui entame sa faena corne gauche. Difficile pour l’espagnol de lier ses muletazos face à un adversaire qui serre et tourne vite. Il tire sur la corne droite deux bonnes séries en obligeant le Pedraza. Il tue d’une bonne entière. Salut

Le second Pedraza est juste de présentation. Sergio Flores réalise une réception soignée avant 2 rencontres avec la cavalerie. Le mexicain profite de la charge du toro en début de faena. Le mexicain sert de bons passages sur les deux bords malgré un sitio inégal tout au long de la faena. C’est par naturelles qu’il laisse les muletazos les plus profonds de sa faena qui porte sur les tendidos. Il tue d’une entière qui fait effet et coupe une oreille.

Le troisième Pedraza est bien présenté. Il charge avec force dans le capote d’Adrien Salenc. Le toro prend 2 piques en poussant avec bravoure au cheval. Dommage de ne pas le voir une troisième fois. Le français une faena rythmée par le bas qui porte directement sur les tendidos. Il réussit à se poser et laisser plusieurs séries vibrantes, manquante de sitio. Le toro est bon, avec une charge noble et encasté. Il répète avec brio ses charges. Salenc laisse également plusieurs muletazos sur le passage de l’animal qui portent sur les tendidos. Adrien Salenc tue d’une entière portée avec engagement un peu lointaine qui finit par faire effet. 2 oreilles pour le français avec quelques contestations, et vuelta posthume pour le bon toro de Pedraza de Yeltes.

Brindis à Rafael Cañada ©Victoria Bordes

Le quatrième fait exploser la cavalerie sur la première recontre. Le cheval est changé avec une cuadra de caballo longue à la détente. Le toro pousse sur la seconde rencontre mais avec peu de force. Luque brinde sa faena au public. Le toro manque de moteur et ne permet à Luque que de toréer main droite. L’espagnol fait l’effort de donner quelques muletazos mais il n’a aucunes options. Excellente estocade d’effet immédiat.

Le cinquième prend 3 piques avec grande bravoure dont 2 rencontres de l’autre bout du ruedo. À noter la très bonne lidia de Sergio Flores qui a laissé de très bons passages capoteros. Dans le dernier tiers, Sergio Flores laisse de la distance à l’animal en le citant de loin. Le toro a la charge brave et met sur le reculoir le mexicain. Celui-ci ne parvient jamais à prendre la mesure de son adversaire de qualité auquel il parvient à donner seulement deux bonnes séries droitières, décroisé. Il tue d’une 3/4 de lame au second essai. Grande ovation pour le toro à l’arrastre.

C’est le second sobrero qui sort en dernière position. Le toro prend deux piques en poussant uniquement sur la première rencontre. Dans le dernier tiers, le Pedraza manque de force malgré quelques qualités entrevues. Salenc torée l’animal sur la périphérie et laisse seulement quelques muletazos manquant d’âme et de transmission. Une nouvelle fois, le français met une grande estocade foudroyante pour venir mettre un terme à la corrida.

Bayonne, Vendredi 30 juillet 2021

6 toros de Pedraza de Yeltes pour
Daniel Luque : salut et salut
Sergio Flores : une oreille et silence après avis
Adrien Salenc : 2 oreilles

Jean Dos Santos

%d blogueurs aiment cette page :