Mundillo Taurino

Dax : Daniel Luque et Andrés Roca Rey en triomphe pour fermer la temporada dacquoise

Fin de temporada triomphale aux arènes de Dax avec un alléchant mano a mano entre Daniel Luque, triomphateur invétéré de ces dernières temporadas dans le Sud-Ouest français, et Andrés Roca Rey, figura n°1 du moment. Les arènes de Dax ont fait le plein pour l’événement que les toros de Victoriano del Rio avaient la responsabilité d’arbitrer.

Le lot de Victoriano del Rio et Cortés avaient fière allure. Une présentation correcte avec les deux derniers exemplaires de très belle prestance. Au cheval, les 3° et 4° ont montré des qualités de bravoure en s’impliquant sous le fer du piquero. Ce sont également les deux exemplaires qui ont le plus mis en difficulté les toreros. Le 1° et 2° maniables mais manquant de fond et de transmission. Les deux derniers toros de la tarde, ont donné du jeu malgré un caractère bien trempé qui aurait pu coûter cher aux deux acteurs du jour.

Daniel Luque a livré une nouvelle après-midi de grande qualité pour venir boucler la temporada dacquoise. Il réalisa de bout en bout la première faena en apprenant l’animal à charger avec délicatesse et sans protester. Les détails de la toreria et le temple du torero espagnol ont fait la différence cette après-midi, construisant les bases de son triomphe. Face à son second, il laissa là aussi de bons détails freinés par le manque de fond du toro. Sa dernière prestation commença par un toreo de cape soigné et plaisant. La faena se construit sans précipitation, en prenant soin de bien comprendre l’animal. Ses dernières séries au plus près de l’animal sont venus ajouter de l’émotion avant de porter une grande épée. Un nouveau triomphe couronné des 2 oreilles du toro.

Andrés Roca Rey présente à l’heure du bilan un léger désavantage face à son compagnon de cartel. Il réalisa deux premières prestations très professionnelles et sérieuses en récitant ses gammes. La justesse de sa tauromachie et son aisance technique lui permirent de prendre la mesure de son lot, décrochant une oreille face à son premier. Dos au mur avant la sortie du dernier toro, Roca Rey s’employa au capote en réceptionnant l’animal par gaoneras. Muleta en main, il dessina plusieurs muletazos profonds, les seuls de la tarde. Il revint ensuite à une tauromachie plus spectaculaire et courageuse, entre les cornes de l’animal. Sa capacité à rester immobile et dans le terrain du toro leva les tendidos. Le public dacquois a reconnu les efforts du péruvien qui décrocha les 2 oreilles de son toro après une grande épée.

Quant à la présidence du jour, la générosité des trophées octroyés est venue fausser le résultat technique constaté. Les 2 oreilles accordées à Daniel Luque dès le début n’ont pas été au déroulement de la corrida. La présidence réédita sa performance au 5°, où elle accorda deux nouvelles oreilles à Daniel Luque sans justification. Les toreros ont beaucoup donné, et il est dommage de ne pas les avoir récompensés à leur juste valeur. Le triomphe n’aurait été que plus significatif…

Toro a Toro

Le premier toro de la tarde manque de force dès sa sortie. Daniel Luque le cueille par des véroniques soignées avant deux légères piques. Salut de la cuadrilla. Luque réalise une faena qui va a mas en prenant le dessus sur l’animal. Il laisse de bons passages à gauche avant de terminer par luquecinas ajustées au plus près de l’animal. Il tue d’une entière tombée foudroyante. 2 oreilles généreuses et division d’opinions.

Andrés Roca Rey reçoit le second du fer de Cortés, correct de présentation. 2 légères piques. Roca Rey trace une faena très technique. Devant un toro manquant de fond malgré quelques qualités de noblesse, le péruvien parvient à lier ses muletazos. Il trace plusieurs séries circulaires sans accrocs. Estocade contre les planches efficace. 1 oreille

Daniel Luque hérite d’un second toro de Cortés qui prend deux piques avec bravoure, bien administrées par Manuel Quinta. Très beau duel de capote entre Roca Rey et Daniel Luque qui brille par gaoneras. Salut des banderilleros. Le toro est difficile à manier dans le dernier tiers. L’espagnol sert une faena inégale où il parvient par moment, à se libérer des vices du toro. En difficulté au descabello après un 3/4 de lame.

Le quatrième de Victoriano del Rio prend 2 piques en s’impliquant au cheval. La faena de Roca Rey débute bien avec plusieurs derechazos de bonne facture. Le toro se complique et proteste dans la muleta. Roca Rey tente de le régler mais se heurte à la violence de l’animal. Silence

Le cinquième est un negro très bien présenté. Luque soigne son toreo de cape avant 2 piques sans éclats. Quite de Jérémy Banti par doubles chicuelinas et média ajustées. Le toro manque de fond et de moteur dans le dernier tiers. Luque réalise un travail sérieux et appliqué. Il reste dans les cornes de l’animal et transmet avec les tendidos. Il tue d’une grande épée rapide d’effet. La présidence libère 2 oreilles trop généreuses sous la contestation du public.

Roca Rey reçoit le dernier par gaoneras spectaculaires. 2 piques. Le début de faena est plus profond que le reste de sa tarde. Il tire plusieurs derechazos bien exécutées qui portent sur les tendidos. Rapidement, le péruvien revient à son style plus caractéristique, entre les cornes de l’animal. Sans bouger le moindre orteil, il distille des passes d’une haute précision. Il reste à la merci de l’animal qui est totalement dominé. Roca Rey tue d’une grande épée et obtient 2 oreilles. Sortie en triomphe par la grande porte aux côtés de Daniel Luque.

Dax, Dimanche 12 septembre 2021

6 toros de Victoriano del Rio/Cortés (1°/2°/3°) pour
Daniel Luque : 2 oreilles, applaudissements et 2 oreilles
Andrés Roca Rey : une oreille après avis, silence après avis et 2 oreilles

Jean Dos Santos

%d blogueurs aiment cette page :