Madrid : El Juli au sommet face à une bonne corrida de La Quinta

Tarde de recuerdo cette après-midi dans les arènes de Las Ventas avec une bonne corrida de La Quinta dont avaient la charge trois figuras, pas habitué à se mesurer à ce type de toros. Devant des tendidos qui affichaient le plein (No Hay Billetes), Morante de la Puebla, El Juli et Pablo Aguado étaient au cartel.

C’est El Juli qui sort comme le grand triomphateur de cette corrida malgré avoir perdu une oreille synonyme de sortie a hombros à l’épée. Le madrilène réalisa l’une des actuations les plus importantes de sa seconde partie de carrière face à un lot de La Quinta important. Son premier maniable et encasté, lui permit de montrer toutes ses qualités de torero esthétique. Il mena d’une main de maître sa faena en dessinant plusieurs séries profondes et rytmées.

El Juli face au 2nd toro de La Quinta

Son second ne fut pas de la même acabit. Exigeant et menaçant par moment, le Juli nous offrit une faena d’un registre opposé, dans un style toujours élégant mais plus “bagarreur”. Avec un sitio dans les canons, une tauromachie très sincère, il réalisa une leçon de toreo et de domino face à un animal qui s’améliora au fil des muletazos. Il parvint à faire rompre l’animal sur une petite dizaine de naturelles profondes qui ont laissé l’exigeant public madrilène stupéfait. Une faena qui restera dans les mémoires mais qui ne fut pas récompensé faute à une épée défaillante. Peu importe, on aura vu une grande après-midi de Don Julian Lopez “El Juli” face à deux toros de catégorie de la famille Conradi.

Le lot de La Quinta, de présentation correcte mais dans le panier bas de la féria, notamment les deux derniers plus justes. Inégaux dans l’ensemble, avec certains plus maniables que d’autres comme le 2°, 3° et 6°, d’autres plus réservé comme le 1° et 5° et un exemplaire sans grande option sorti en 4° position. Les La Quinta auront poussé, parfois avec un fond de bravoure, parfois avec violence au contact du cheval pour recevoir à chaque fois leur deux rations (excepté le 1° faute à une lidia imprécise).

Les deux autres toreros du jour n’ont pas été à la hauteur de leurs toros respectifs. Morante de la Puebla, pas très bien servi, il faut le reconnaître, mais se contentant du strict minimum. Il ne fit qu’illusion avec un toreo manquant de dominant sur les deux exemplaires de La Quinta. Une prestation décevante surtout quand on connait l’attente des aficionados les plus exigeants de cette corrida.

Pablo Aguado passa complètement à côté de son rendez-vous avec les Buendia de la famille Conradi. Dépassé par les qualités de ses deux toros, son toreo parfois trop superficiel n’aura pas eu de poids en cette après-midi. Dans l’oeil du Tendido 7 madrilène, il subit les contestations de plus en plus insistantes au fil de sa prestation. Il reste encore du chemin à parcourir pour le torero sévillan afin de s’imposer devant du bétail proposant des caractéristiques différentes que celui habituel.

Toro a toro

Le premier toro de La Quinta est très sérieux. Il charge droit dans la cape de Morante de la Puebla. Le toro prend 3 piques avec une mauvaise mise en suerte de Morante et sa cuadrilla. La toro met en difficulté le torero de la Puebla qui ne parvient pas à contenir l’animal. Faena globalement décevante malgré un toro sur la réserve. Bonne épée en conclusion.

Morante de la Puebla face à son premier toro

Le second La Quinta est mobile à sa sortie. Il prend deux piques mal données où il pousse avec violence au cheval. El Juli réalise une grande série de véronique sous l’ovation des tendidos. Aguado répond avec moins de précision. El Juli réalise une faena importante en templant dès l’entame chaque muletazo. Le madrilène torée avec précision malgré un placement pas toujours croisé. Il réalise plusieurs changements de main de manière statique sous l’ovation du public. Il tue d’une belle épée et coupe logiquement la première oreille de la tarde.

Pablo Aguado reçoit le troisième, qui charge mieux sur le piton droit. 2 piques avec intérêt où l’animal s’emploie sur chaque rencontre. Ivan Garcia brille banderilles en main. Dans le dernier tiers, les trois premières séries sont rythmées mais données sur la périphérie. Le public commence à protester. À gauche, l’entame est accrochée, il ne parvient pas à prendre le dessus sur un toro de qualité. Les tendidos se font de plus en plus entendre avec un torero qui va a menos. Changement d’épée avec un Pablo Aguado qui n’aura pas fait illusion face à la bravoure de l’animal. Une épée trasera efficace pour mettre un terme à cette décevante actuation. Grande ovation pour le toro de La Quinta.

Le quatrième a la charge violente. Morante sert quelques véroniques correctes avant un tercio de banderilles où le toro montre des signes de faiblesse. Le toro est sérieux et passe près de blesser un banderillero. Dans le dernier tiers, Morante ne met pas les ingrédients pour canaliser les violentes charges du toro de La Quinta. Prestation décevante du torero de la Puebla qui était pourtant très attendu.

El Juli reçoit le cinquième exemplaire de La Quinta, de présentation plus commode que le reste du lot. 2 piques. Le toro est violent et sur ses gardes. Le Juli entame sa faena avec un round d’observation. Le toro se retourne vite et se montre menaçant. C’est avec une technique très précise mais surtout une entrega hors du commum que le Juli commence son travail de sape. Le La Quinta se voit de plus en plus dominé par un torero qui ne lui laisse aucuns répits. Une fois la situation en main, le Juli distille plusieurs naturelles profondes en se replaçant à chaque reprise dans l’axe de l’animal. Les tendidos s’emballent, le toro est dominé, le Juli la tête haute change d’épée. Malheureusement le madrilène pinche deux fois avant une demi-lame et un descabello. Quel dommage… Vuelta amplement méritée

El Juli face à son second toro de la tarde

Le dernier La Quinta, juste de présentation, pousse sur les deux rencontres équestres sans grand fond de bravoure. Une nouvelle fois, Ivan Garcia est mis à l’honneur, cette fois ci pour la lidia de l’animal. Le toro est mobile, avec des qualités de charges intéressantes. Il manque légèrement de transmission mais offre des possibilités au torero. Pablo Aguado est incapable de hausser son niveau à la hauteur du La Quinta. Il donne deux séries totalement décroisés en début de faena avant de somber sur le piton gauche. Une nouvelle actuation très décevante qui termine avec une mise à mort laborieuse.

Madrid, Mercredi 11 mai 2022

6 toros de La Quinta pour
Morante de la Puebla : silence et silence
El Juli : une oreille et vuelta
Pablo Aguado : silence et bronca

Jean Dos Santos

%d blogueurs aiment cette page :