Mundillo Taurino

Madrid : Un grand Emilio de Justo qui triomphe face à une intéressante corrida de Victoriano del Rio

Ce mano a mano entre Antonio Ferrera et Emilio de Justo était attendu par toute l’aficion. Les tendidos de Las Ventas étaient remplis au maximum autorisé pour ce duel d’extremeño que la ganaderia Victoriano del Rio devait arbitrer.

Le lot de Victoriano del Rio envoyé, a été une pure merveille pour les aficionados. Six exemplaires (dont un du fer de Cortés) d’une présentation irréprochable, aux armures très sérieuses ont mis le ton à ce mano a mano. En piste, les toros de Victoriano del Rio ont laissé une très bonne impression, mettant en avant toutes les qualités de l’encaste Domecq. Dans l’ensemble, le lot s’est montré réservé dans les deux premiers tiers, avec plusieurs toros qui ont poussé au cheval, avant de demander “les papiers” aux deux toreros du jour dans le dernier tiers. Des toros exigeants qu’il a fallu contenir et diriger tout au long de la faena. Emilio de Justo a hérité d’un meilleur lot qu’Antonio Ferrera. Mais la partie n’était pas gagnée d’avance. Il a fallu s’employer et donner le maximum face à des animaux qui ne donnaient pas droit à l’erreur.

Emilio de Justo signe l’un des triomphes les plus importants de sa carrière. Il traverse actuellement un grand moment, mais cette tarde du 4 juillet 2021, restera l’une des après-midis les plus complètes de sa carrière. Il coupe 3 oreilles de son lot du jour en affichant un très haut niveau technique et d’entrega. Il s’offre la deuxième sortie a hombros de sa carrière des arènes de Las Ventas.

Antonio Ferrera peut émettre quelques regrets en cette après-midi madrilène. Sa prestation complète face au premier toro de la tarde aurait pu lui permettre d’obtenir une oreille avec une faena légèrement plus complète et une épée moins défaillante. Ses deux derniers toros, moins coopératifs ne lui ont pas permis de se mettre au niveau de son compagnon de cartel.

Deuxième round à venir dans les arènes de Sevilla en septembre, face à une corrida de Victorino Martin

Toro a toro

Le premier toro porte le fer de Cortes. D’une présentation impeccable, il est reçu par Antonio Ferrera. Le toro est manso au cheval et ne reste pas à la pique. Après deux rencontres avortées, Ferrera place le cheval au centre du ruedo avec un toro qui reste au cheval. Avec une lidia bien menée, Ferrera remet le toro au cheval une nouvelle fois. La faena de Ferrera connait de bons passages avec un toro qui humilie mais qui n’arrive pas à rompre totalement. Ferrera est obligé de rester sur ses gardes faute à un adversaire menaçant. Il tente une estocade de loin sans succès puis tue d’un 3/4 de lame efficace.

Le second de Victoriano del Rio est difficile à fixer. Emilio de Justo effectue un bon travail capotero, puis se livre à un beau duel avec Ferrera. Le toro prend 2 piques sans s’impliquer. Dans le dernier tiers, le toro est exigeant et difficile à faire rompre. C’est sur le piton gauche qu’Emilio de Justo laisse les meilleurs moments. Il trace quelques naturelles de qualité qui réveillent les tendidos. À droite, la tâche est plus difficile, avec un toro qui charge de manière irrégulière. Emilio réussit à contenir le toro et lui donne deux séries courtes de bonne facture. Il tue avec engagement d’une épée un peu tombée qui fait effet. 1 oreille

Le troisième exemplaire de la tarde est une nouvelle fois remarquablement bien présenté. Difficile à fixer, Ferrera fait l’effort pour le lidier en bonne et due forme. Le toro prend deux piques en s’impliquant. Très mauvais tercio du piquero José Maria Gonzalez. Antonio Ferrera met de la douceur dans son toreo pour dessiner sa faena. Le toro est fade et manque de transmission. Malgré sa bonne volonté, l’espagnol ne peut laisser que quelques muletazos notables. Il tue d’une entière en partant une nouvelle fois de loin. Son épée est légèrement de côté.

Le quatrième toro de la tarde est réservé. Il prend deux piques avec une lidia compliquée. Le tercio de banderilles de la cuadrilla de De Justo est catastrophique. Le toro a une charge lourde et difficile à contenir. C’est un adversaire qui convient parfaitement à De Justo qui entame deux séries droitières qui donnent le ton à la faena. Le torero de Caceres parvient à comprendre son adversaire et le pousse dans ses retranchements. Il sert des séries vibrantes d’une grande justesse technique, données avec sincérité. Le toro répond avec caste et bravoure dans chacunes de ses charges. Naturelles de face et passes par le bas mettent un terme à la grande faena d’Emilio de Justo. L’espagnol se place pour l’estocade et porte une entière en place qui fait effet. Le palco libère les 2 oreilles et le toro est primé d’une vuelta posthume. Un grand moment de cette saison 2021.

Le cinquième toro de la tarde, le dernier du lot de Ferrera, n’arrive pas à rompre et n’offre pas de grandes possibilités. Ferrera torée avec métier pour tenter de tirer quelques muletazos à son adversaire. Une après-midi compliquée avec un sorteo qui n’a pas vraiment joué en sa faveur.

Après avoir coupé 3 oreilles, Emilio de Justo se présente face au dernier Victoriano del Rio de la tarde. Un colorado une nouvelle fois bien présenté, réservé mais qui offre une nouvelle opportunité à De Justo de s’exprimer. Après une lidia accrochée où sa cuadrilla se retrouve une nouvelle fois en difficulté, c’est muleta en main que l’espagnol va faire la différence. Il fait rompre son adversaire qui se laisse toréer sous l’ovation du public madrilène. Malheureusement il échoue à l’épée et perd peut-être un quatrième trophée.

Madrid, Dimanche 4 juillet 2021

6 toros de Victoriano del Rio et Cortés (1°) pour
Antonio Ferrera : silence, applaudissements et silence
Emilio de Justo : une oreille, 2 oreilles et salut

Jean Dos Santos

%d blogueurs aiment cette page :