Mundillo Taurino

Saint Perdon : Victor Hernandez et le novillo de Pincha triomphent

Saint Perdon, Dimanche 25 août

6 novillos de Barcial, Aldeanueva, Flor de Jara, Aurelio Hernando, L’Astarac, Pincha pour

Juan Carlos Carballo : salut après avis et silence

Diego San Roman : salut et silence

Victor Hernandez : une oreille et une oreille

15 piques

Le novillo de Pincha a été déclaré vainqueur du concours.

La Peña La Muleta avait décidé de fêter leurs 10 ans de présence au Plumaçon par une journée taurine complète. Lors de cette novillada concours, les aficionados ont pu voir les différents encastes. Des novillos correctement présentés, plus ou moins armés, des comportements différents ainsi que des trapios différents. Celui qui sort du lot niveau trapio et pitons est le Pincha. Certains, on manquait de race et de forces dans le dernier tiers. Le novillo de Pincha s’est montré le plus encasté et complet de la tarde.
Juan Carlos Carballo s’est montré comme à Parentis comme un bon chef de lidia et engagé lors de sa tarde. Victor Hernandez qui se révéla ce jour en triomphant. Diego San Roman fut resté plus en retrait lors de cette tarde.
Une minute d’applaudissements fut réalisée tout comme le matin à la mémoire de Jean Louis Courtade.

Toro a toro 

Graniceron de Barcial pour Juan Carlos Carballo

Le premier novillo est léger et montre un manque de force dès le début. Il est placé au centre du ruedo pour une première pique sans s’employer puis deux piques plus légères. Juan Carlos Carballo débute sa faena par doblones puis il continue par une série droitière lors de laquelle le novillo l’avertit. Le Barcial a une charge courte et donne des coups de tête en fin de passe. A droite, le novillo ne passe pas. A gauche, il regarde Carballo et s’arrête en milieu de passe. Juan Carlos allonge sa charge et réalise de bonnes séries courtes mais engagé. Carballo montre sa technique et son sens de la lidia face à un novillo qui manque de moteur. Il tue d’une entière engagée. Salut

Ligon de Aldeanueva pour Diego San Roman

Le novillo est bien présenté mais il se révèlera manso et dangereux. Le novillo est fuyard lors des deux premières rencontres, le picador le cite bien mais il vient mal. Il change de terrain pour le piquer correctement sur la troisième rencontre. La cuadrilla se révèle en difficulté face à ce second novillo. Diego San Roman n’a pas assez de confiance en début de faena et se fait déborder par le novillo avant de prendre la mesure après quelques séries, dessinant de bons muletazos par la suite. Le novillo exigeant, demande une muleta dominatrice et une lidia ferme. Entière engagée d’effet rapide. Salut

Nevaito de Flor de Jara pour Victor Hernandez

Victor Hernandez reçoit par de bonnes véroniques le novillo de Flor de Jara de présentation juste. Deux bonnes piques de Laurent Langlois mais le novillo ne s’emploi pas. Victor double le novillo en début de faena. Il passe à gauche et dessine une bonne série qui déclenche la musique. Le novillo manque de transmission mais se révèle noble. Le novillo embiste et permet à Victor de construire une bonne faena sur les deux pitons. Le novillero montre son envie et sa sincérité, comme au second. Il subit une forte voltereta en fin de faena sans conséquences. Pinchazo, entière et il coupe la première oreille. Le novillo sera applaudi.

Elegante de Aurelio Hernando pour Juan Carlos Carballo

Juan Carlos reçoit son second novillo portant le fer de Aurelio Hernando par de bonnes véroniques. Le novillo jabonero est bien présenté et applaudi à son entrée. Il est dans le type de l’encaste, ce novillo est un remplaçant du titulaire tué dans les corrales peu après le débarquement. Le novillo manque de force et Carballo l’a vu. Il l’économise dans les deux premiers tiers. Il prend deux piques en se défendant sur la première. Le novillo est noble, le protégé de Fernando Cruz le double puis le toréait à mi-hauteur pour économiser le novillo. Juan Carlos toréait avec beaucoup de douceur et d’intelligence ce novillo. Il dessine des bons muletazos sur les deux pitons. Les meilleures à droite en douceur et relâché. La faena manque de liant par le manque de transmission du novillo. Le torero de Cacéres tire le maximum d’un novillo qui s’éteint rapidement. Entière engagée et plusieurs descabellos. Salut après un avis.

Trembleño de l’Astarac pour Diego San Roman

Le novillo de Jean Louis Darré manque de force dès sa sortie des chiqueros, puis il accuse deux débuts de vuelta de campana qui n’arrange en rien sa condition. Il prend deux piques de Tito Sandoval lors desquelles le novillo ne peut pousser par son manque de force. Diego San Roman a compris qu’il faut le toréer à mi-hauteur pour éviter qu’il fléchisse. Le novillo est noble mais il est soso, il manque de transmission. Diego San Roman est appliqué mais il ne peut réaliser une faena rythmée. Deux pinchazos et ¾ de lame efficace. Silence

Sonambulo de Pincha pour Victor Hernandez

Le novillo de PIncha est le mieux présenté de la tarde, tant au niveau du trapio que des pitons. Il est proche de la morphologie d’un toro. Il est ovationné à son entrée en piste. Il prit trois piques, il pousse légèrement sur la première et la troisième. Il brinde sa faena au public. Victor commence sa faena en doublant le novillo. Il est mobile, il possède de la race et il est encasté. Trembleño met la tête mais il est exigeant, il demande une lidia ferme. Victor Hernandez qui montre beaucoup d’envie et de courage face à cet imposant novillo, dessine de bonnes séries sur les deux pitons. Il ne domine pas totalement son opposant mais réalise tout de même une bonne faena avec la technique et l’envie qu’il possède. Il enchaîne de bons muletazos et le public est avec lui, un grand moment d’émotions lors de cette tarde, avec un danger toujours présent. Entière basse d’effet rapide. Le novillo est applaudi à l’arrastre, il coupe une oreille et invite le mayoral à partager la vuelta.

Le public demanda une seconde oreille et la vuelta au novillo refusé à juste titre par le président pour son manque d’alegria sous le peto.

Anaïs Cazenave

%d blogueurs aiment cette page :