Soustons : Christian Parejo et Solalito a hombros face à d’intéressants novillos de Blohorn/Camino de Santiago

Soustons avait rendez-vous avec la deuxième date de sa saison à l’occasion des fêtes annuelles. Après la corrida blanche pour les 20 ans d’alternative de Julien Lescarret, c’était le retour du “concours des novilladas” avec quatre aspirants qui se départageaient pour affronter les deux derniers novillos.

Ce sont quatre exemplaires de la ganaderia de Blohorn qui ont servi à départager les novilleros. Un bétail de qualité mais exigeant, qui demandait les papiers aux piétons du jour. Tous se sont retrouvés en difficulté face au bétail de Blohorn, au dessus des apprentis toreros en piste. A noter la bonne présentation, avec un trapio sérieux et aux armures harmonieuses malgré quelques bouts de pitons abîmés.

Les deux derniers du fer de Camino de Santiago sont sortis de présentation inégale, très bien le premier, aux cornes basses le second, avec du volume. Ils se sont révélés noble en piste avec un léger manque de force sur le train avant. Plus facile à manier que les quatre premiers, Solalito et Christian Parejo se sont exercés avec plus de facilité. Vuelta posthume au cinquième incohérente : la noblesse n’étant pas la seule qualité pour l’octroi de cette prime.

Solalito et Christian Parejo se sont offerts une sortie a hombros avec trois oreilles chacun. Les deux premières ont été données généreusement par une présidence facile à convaincre. Les deux novilleros ont mis la barre plus haute lors de leur second passage, favorisé par les Camino de Santiago plus maniables.

Bonne impression laissée par Tristan Espigue face au novillo de Blohorn. Il s’accrocha face aux difficultés qu’il résolut avec intérêt et classe. Il échoua à l’épée malgré deux entières, trop en avant pour mettre l’animal à terre. Dommage, sa présence en finale n’aurait pas été de trop.

Après-midi bien plus discrète pour Alvaro Burdiel, arrivé en dernier au cartel en tant que triomphateur de la temporada. Sa prestation fut sans grande histoire et aux échos limités avec les tendidos.

Toro a Toro

1° Blohorn – Solalito

Le premier de Blohorn est correct de présentation, avec du trapio. Il prend deux piques avec un travail soigné de Solalito. La faena du français est inégale et manque de transmission. Il laisse plusieurs passages corrects mais l’animal en avait plus sous la pédale. Bonne estocade portée avec engagement. 1 oreille généreuse.

2° Blohorn – Tristan Espigue

Le second Blohorn est correct de présentation, bien que les bouts de cornes abîmées. Le toro prend 2 piques sans pousser. Le français réalise une faena sérieuse et appliqué face à un adversaire qui a des qualités mais qui ne lui facilite pas la tâche. Le Blohorn baisse un peu d’intensité ce qui permet à Tristan de tirer plusieurs muletazos intéressants. Il les donne un à un avec un sitio juste. Malheureusement il lui faut 2 entières espacées d’un pinchazo pour conclure. Dommage.

3° Blohorn – Alvaro Burdiel

Le troisième novillo est plus commode de tête. 2 piques avec un novillo qui s’implique légèrement. La faena de Alvaro Burdiel manque de transmission et met du temps à se dessiner. Sur la seconde partie il parvient à lier plusieurs séries de bonne facture. 1 entière qui finit par faire effet.

4° Blohorn – Christian Parejo

Le quatrième est correct de présentation. Christian Parejo le laisse partir au cheval sans mise en suerte et reste très discret dans la lidia. Le novillo est très sérieux dans le dernier tiers. Il met Parejo à rude épreuve, l’obligeant à reculer. Après avoir pris la température et la fougue de l’animal sur chaque bord, l’espagnol parvient à s’imposer à force de détermination, et résout peu à peu les problèmes de l’animal. Il passe près de la correctionnelle sur un muletazo, se faisant déchirer le costume. Il tue en plusieurs temps mais obtient une oreille généreusement accordée.

Le jury a désigné Solalito et Christian Parejo comme finaliste.

5° Camino de Santiago – Solalito

Le premier novillo de Camino de Santiago est très bien présenté. Solalito réalise une bonne entame à la cape par véroniques et chicuelinas. 2 piques avec un toro qui manque de force. Bon tercio de banderilles du français. Solalito entame sa faena au centre du ruedo à genoux par derechazo. L’animal est noble et le nîmois profite des qualités de ce dernier dans une faena courte mais bien menée. Il laisse de bons passages sur chaque piton avant une entière concluante. 2 oreilles

6° Camino de Santiago – Christian Parejo

Le dernier de la tarde a du trapio. Il est reçu par des farols originaux de Christian Parejo. 2 piques avec un novillo qui manque de force. Quite à deux de Parejo et Solalito. Début par des passes changées dans le dos avec un animal qui tombe. Parejo torée à mi hauteur avec douceur pour profiter la noblesse du novillo. Même si le Camino de Santiago baisse en intensité et perd en mobilité, l’espagnol réussit à tirer plusieurs muletazos de qualité de manière statique. Il fait tourner l’animal autour de soit sans bouger et sans accrocs. Il tue d’une épée qui finit par faire effet. 2 oreilles pour lui aussi.

Ex-acquo logique entre les deux novilleros.

Soustons, Dimanche 6 août 2022

4 novillos de Blohorn et 2 novillos de Camino de Santiago (5/6) pour
Solalito : une oreille et 2 oreilles
Tristan Espigue : salut
Alvaro Burdiel : silence
Christian Parejo : une oreille et 2 oreilles

Jean Dos Santos

%d blogueurs aiment cette page :