Captieux : Bonne impression de Yon Lamothe, mention à Jorge Molina

Les arènes girondines étaient pleines sous un beau soleil pour ce cartel intéressant.

Novillos de Alcurrucen bien présentés et de très bon jeu, une diversité dans les robes. Le second légèrement plus compliqué.

Yon Lamothe reçoit son premier un novillo joliment présenté en lui baissant les mains. Sa faena débute de suite par des derechazos. Le landais sert un travail très aboutit sur la gauche à son novillo très noble qui boit la muleta qui qui faibli un peu en fin de faena. Un estoconazo légèrement de côté met du temps pour faire effet. Le novillo tombe au troisème descabello. Une faena qui aurait pu être primée sans cet incident.

Yon Lamothe

Le novillero touche un deuxième opposant qui répète, il pousse au cheval de manière correcte ais en remuant la queue. Le landais brinde au public. Il essaie de canalise la charge de l’Alcurrucen en composant la figure notamment sur la droite. Encore une fois une faena bien menée laissant entrevoir toutes les qualités du novillo même s’il devient un peu parado sur la fin. Un pinchazo hondo fait tomber l’oreille du palco.

Jorge Molina a été à mon sens la révélation de l’après-midi malgré son bilan comptable. Il hérite d’un novillo au gabarit très acceptable, à la limite du cran au dessus. Ses charges sont un peu plus sèches. Le jeune manchego fait face au capote. Au cheval, l’Alcurrucen pousse par à coups sans pousser dans le peto. Une faena en bon lidiador avec une entame par doblones pour essayer de fixer le novillo puis des passes en lignes droites. Le novillero donne de la voix et essaye de fluidifier la charge du novillo. Au fur et à mesure de la faena, le novillo perd du recorrido et s’arrête en milieu de passe. L’épée et foudroyante.

Jorge Molina

Son second est un splendide berrendo en colorado. Très bien présenté qui fait une vuelta de campana avant la pique. Quite par chicuelinas très serrées qui semble prendre la mesure de ce grand novillo. Après le traditionnel brindis au public dans ce cas, le diestro cite d’emblée de loin sur la droite. Il poursuit à genoux, n’est-il pas novillero, ce qui chauffe le public et fait sonner la musique. Très bonnes séries à gauche, le novillo perd un peu de mobilité en cours de faena. Le final se fait par manoletinas. Estocade concluante au deuxième essai. Ce novillo était brave et noble mais ne méritait pas une vuelta al ruedo.

Christian Parejo est reparti secoué de Captieux. Il reçoit par parones appliqués un toro bien présenté negro bragado celui-ci, l’encaste Nuñez montrant de beaux pelages. Novillo dont le ramage ne se rapporte pas au plumage car il fuit devant la pique. Jolies chicuelinas très serrées. De manière curieuse, il fait passer por alto un novillo à qui il reste pas de mal gaz puis le cite à droite de loin. Il arrive à peser dessus ce qui lance la musique. Le novillero se fait soulever 2 fois dans les airs la deuxième pratiquement face au novillo. Jolis adornos donnés en fin de faenas. Demie épée tendida. 3 autres essais à la mort se faisant attraper au deuxième. Le novillo se relève à la puntilla.

L’andalou biterrois par adoption a sans doute envie de montrer un meilleur visage à son second. Il brinde au public. Commence sa faena par pendulaire (spécialité biterroise). Il arrive à arracher des passes à son novillo un peu tardo jouant d’effets prompts à se mettre le public dans la poche. Il finit sa faena par un numéro d’équilibriste dans les cornes (autre spécialité biterroise). Récoltant une petite voltereta au passage. Vilaine estocade atravesada suivie de deux autres essais.

Photos : Victoria Bordes

Captieux, Dimanche 12 juin 2022

  • Fiche technique

6 novillos de Alcurrucen (Cacéres), le quatrième primé de la vuelta al ruedo
Yon Lamothe (violet et or) : salut/oreille
Jorge Molina (bleu outremer et or) : saluts/saluts après avis
Christian Parejo (lilas et or) : saluts après avis/saluts après avis

Prix à la meilleure cuadrilla et au triomphateur de l’après-midi décernés à Yon Lamothe

Juan Medina

%d blogueurs aiment cette page :