Mundillo Taurino

Mont de Marsan : grande tarde d’Antonio Ferrera face à un lot inégal d’Adolfo Martin

Après un début de Féria difficile, Antonio Ferrera a amené un vent de fraîcheur à cette Madeleine 2021. Une prestation de haut niveau pour le torero de Badajoz qui a démontré tout son métier et toute sa toreria. Un répertoire au capote varié, une lidia rondement menée tout au long de la tarde et un final en apothéose avec tercio de piques et banderilles assurés par le maestro. Une grande après-midi d’Antonio Ferrera malgré un lot décevant.

Le lot d’Adolfo Martin, de présentation inégale, a déçu dans son comportement général. Les trois derniers, justes de présentation, le 2° et 3°, biens faits, dans le type de l’encaste. Ils ont manqué de bravoure et de fond malgré les 2° et 3° plus maniables. Au cheval les toros n’ont pas montré de grandes qualités malgré des mises en suerte à distance et avec un placement ajusté du picador, commandé par Ferrera. Dans le dernier tiers, les Adolfos se sont laissés toréer mais leur déficit de transmission et de caste n’ont pas permis de passer le cap de l’excellence.

Antonio Ferrera, un maestro des maestros. Il est venu à Mont de Marsan sans grande attache avec le Plumaçon. Il réalisa une performance de haut niveau et de grand professionnalisme où son sens de la lidia et sa toreria ont été salués de tous. Il toréa avec un touché et une justesse implacable son lot d’Adolfo Martin, aux caractéristiques bien spécifiques. Le rythme est monté crescendo tout au long de la tarde, avec une très bonne performance au second et troisième de la tarde. Des vueltas fêtées où le public a toujours reconnu les efforts du torero de Badajoz en le récompensant justement, donnant du poids aux oreilles obtenues. Face à son dernier manquant de fond, il termina l’après-midi par une lidia spectaculaire de bout en bout. Un bilan général positif qui laissera un très bon souvenir au Plumaçon !

Toro a Toro

Le premier est déjà remplacé. C’est le second du lot qui sort du toril sans briller à la pique. 2 rencontres expédiées. Le toro charge sans grande transmission et sans caste. Ferrera tente de donner quelques séries liées mais le tout manque de rythme. Il abrège la faena.

Le second prend 2 piques sans briller au cheval. Ferrera réalise un bon début de faena face à un animal manquant de fond. Il laisse son ayuda pour toréer exclusivement par naturelles des deux mains. L’espagnol donne de bons muletazos en cherchant à chaque fois le sitio juste. Son épée est bonne et lui permet de couper la première oreille de la tarde.

Face au troisième, Ferrera réalise une bonne entame par le bas. Il met le toro en suerte de loin pour deux rencontres sans implication. Le torero de Badajoz réalise une grande faena avec toreria et relâchement. Il profite de la noblesse de l’animal, qui manque de fond mais qui suit la muleta. Sur chaque piton, Ferrera se languit de la noblesse de l’animal pour tirer de très bonnes séries. Après un pinchazo, il cite son toro à 10 mètres de distance pour une entière trasera efficace. 1 oreille accordée à juste titre malgré une pétition générale du public pour la seconde.

Le quatrième Adolfo Martin est mal présenté. Il prend 3 piques sans s’impliquer sous le fer de José Maria Gonzalez. Le toro est réservé et Ferrera tente de le faire rompre. Il laisse quelques bons passages avec une douceur récurrente que les tendidos apprécient. Malheureusement, la faena manque de relief faute à un toro qui manque de fond. Ferrera tue d’une vilaine épée qui traverse de part en part plus deux descabellos.

Le cinquième prend 2 rations de fer en partant de loin mais sans s’impliquer. Salut du picador après une prestation correcte. Le toro manque de force, notamment sur le train avant. Cela met en péril les plans de Ferrera qui doit composer avec ce déficit. Il tente de donner quelques muletazos en s’adaptant à mi-hauteur mais la faena manque de rythme. Ferrera semble accuser le coup avec plusieurs échecs à l’épée.

Face au dernier, Antonio Ferrera sort l’artillerie lourde. Après une réception au capote d’une grande justesse, il monte à cheval pour le tercio de piques. Il délivre deux piques après une lidia ajustée du sobresaliente Alvaro de la Calle. Le toro s’élance de l’autre bout du ruedo pour deux piques données avec retenue. Ferrera partage le tercio de banderilles avec Fernando Sanchez et José Chacón. Grande ovation pour les trois toreros. Le début de faena est rythmé par de bons derechazos de l’espagnol. Le toro baisse en intensité mais l’implication et l’entrega de Ferrera masque le déficit du toro. Il tue d’une entière donnée de loin, trasera mais efficace. Le palco libère les 2 oreilles qui viennent récompenser l’entrega d’Antonio Ferrera tout au long de la tarde.

Mont de Marsan, Samedi 24 juillet 2021

6 toros de Adolfo Martin pour
Antonio Ferrera : silence, une oreille, une oreille, silence, silence et 2 oreilles

Album photos Victoria Bordes ICI

Album photos Jean Dos Santos ICI

Jean Dos Santos

%d blogueurs aiment cette page :