Mundillo Taurino

Parentis : Adam Samira et Solalito tirent leur épingle du jeu de la novillada française

Carlos Olsina est accroché à la cape à sa revolera d’ouverture. Le novillo prend deux piques. Le biterrois débute sa faena par doblones. Puis côté droit en canalisant la charge du Margé. Le côté gauche est plus difficile même si le novillero se croise, accrochage encore sans gravité. Carlos Olsina conclue sa faena par manoletinas et une tentative de recibir avortée. Il occit le novillo par une belle entière, passant à l’infirmerie pour une entaille au pouce droit.
Son exemplaire de Fernay est bien présenté et veleto, il est piqué très en arrière. Brindis à Richard Milian. Le jeune novillero sert une faena propre au novillo avec de bons passages à gauches. La droite est un peu plus enganchée. Malheureusement le torero à autant de malchance avec l’épée qu’avec le verduguillo.

©Paul Ribat

Adam Samira hérite d’un premier Fernay peu armé mais très haut. Le novillo est violent dans ses charges. La faena est brindée au public contre toute attente. Le novillo est assez distrait, se retourne vite et saute dans ses chargés, le camarguais à deux pattes arrive cependant à l’intéresser à force d’efforts. L’arlésien arrive également à servir des muletazos de goût. Grosse estocade déchirant le chaleco.
Son deuxième adversaire est un cardeno veleto qui a une belle embestida rectiligne. Adam en profite signant deux largas puis il enchaine sur des véroniques toutes en profondeur le menton dans le pecho. Le novillo est brave au cheval, salut de Mathieu Guillon aux banderilles et brindis à Denis Labarthe, ancien novillero landais.
Entame exquise par cite de loin à droite. Au début, Adam est pressé à gauche mais il arrive à se détendre et la faena va à mas. Un petit bijou de naturelles supérieures conclues par des luquesinas et des manoletinas citées de loin. Tres bonne entière d’effet assez lent qui le prive peut-être d’une deuxième oreille.

©Paul Ribat

Solalito amène au centre un castaño de Margé sérieusement présenté. Solal met de l’entrain aux banderilles avec 2 paires au cuarteo et une par quiero qui réchauffé le public. Brindis à l’organisateur. Debut de faena serré main sur la barrière, les derechazos sont relâchés. Le novillo va batifoler quelque fois ailleurs mais Solal arrive à le retenir dans sa muleta. Le côté bâbord est un peu plus précipité. Finl par luquesinas. Une vilaine épée de côté et 2 essais infructueux le privent d’une oreille.
Son dernier adversaire de Fernay est le mieux présenté de la tarde il a quasi un trapio de toro. Etant assez distrait, Solal envoie ses banderilleros au charbon au deuxième tiers puis se ravise, offrant un superbe quiebro aux planches.
Très bon passage à gauche. Le novillo est exigeant, il faut lui faire les passes une par une en se recroisant à chaque fois. Solal excelle dans cet exercice avec un numéro au plus près des cornes. Fin par statuaires. La demie épée efficace fait tomber l’oreille du palco.

©Paul Ribat

2/3 d’arènes temps gris avec quelques éclaircies

Photos : Paul Ribat

Parentis, Dimanche 3 octobre 2021

3 novillos de Robert Margé (1, 3,5) bien présentés et de bon jeu
3 novillos de Fernay plus hétérogènes

Carlos Olsina (prune et or) silence/silence
Adam Samira (aubergine et or) salut/oreille
Solalito (bleu France et or) salut/oreille

Juan Medina

%d blogueurs aiment cette page :